FOA_4458.jpg

Découvrez ce lieu d’exception niché au cœur des Appalaches qui offre

une vue imprenable sur le lac William et les montagnes environnantes.

Un endroit propice au ressourcement et à la détente. 

 
 

À PROPOS

Situés sur les hauteurs de Saint-Ferdinand, dans la MRC de L’Érable, les sentiers Art-et-Nature-des-Appalaches (SANA) mettent en valeur la beauté du paysage et les talents des artistes des environs. 

 

Nés d’une initiative de citoyennes et de citoyens passionnés de nature et de culture ayant à cœur le respect de l’environnement et la conservation du patrimoine, les sentiers constituent un lieu unique ponctué d’œuvres d’art et de textes poétiques. La vue imprenable sur les montagnes avoisinantes et le majestueux lac William ajoutent à l’intérêt de l’endroit. 

 

Par la mise sur pied de ces sentiers, les bénévoles souhaitent contribuer au développement touristique de Saint-Ferdinand. Ils veulent également faire naître un sentiment de fierté et d’appartenance au sein de la communauté, ainsi que chez les résidentes et résidents des municipalités situées à proximité. 

 

Cette initiative citoyenne redonne vie au jardin de sœur Georgette Bouliane, une religieuse passionnée de plein air bien connue dans la municipalité pour son dévouement aux malades de l’hôpital Saint-Julien démoli en 2012.

FOA_4479 (1).jpg

Sonia Mondor et Pierre Séguin, responsables du projet

FOA_4406.jpg
FOA_4492.jpg

Un sentier
dédié à l’art

Un chemin
parsemé de poésie

Un coin de nature impressionnant

 
 

Découvrez l'une de nos poètesses :

Diane Descôteaux

est née à Asbestos en 1956.

Elle habite Notre-Dame-du-Bon-Conseil depuis 1977.

Elle est lauréate de plus de 200 prix littéraires dans la francophonie.

Certains de ses ouvrages sont traduits en anglais, en roumain, en créole, en russe et en japonais.

les flancs scintillants

de ce matin d’équinoxe –

neige de printemps

 

le long du chemin

tant de fleurs multicolores

et moi qu’un témoin

 

le sous-bois si dense

qu’il y fait nuit tout le jour –

mes craintes d’enfance

 

franchir à la nage

les montagnes et le ciel

strié de nuages

 

c’est l’heure où l’été

partout sue à grosses gouttes

ses sucs entêtés

 

nuit des Perséides

mais aucune à l’horizon

la lune ovoïde

 

une épaisse brume

rase les champs enneigés

qui fument, qui fument

 

assaut printanier –

cavalerie agricole

sur un pied de terre

 

rose après le bain

le champ de pommes de terre

en fleurs ce matin

 

au pied de la cache

où ronfle le vieux chasseur

un de ces panaches!